Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Howdy / Kezako?

  • : Almost There
  • Almost There
  • : "We're almost there and nowhere near it. All that matters is, we're going" - errements culinaires et pseudo-artistiques d'une dilletante à DC.
  • Contact

Recherche

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:44

...we landed at Charles de Gaule, exhausted and excited in anticipation. New jobs, new home, a new country for my son. A year later, we're just about catching our breath, but overall I believe this was the right choice for our family. Here is my assessment of the situation at Y+1:

 

The Good.

My job is awesome. Landing this position was nothing short of a miracle, and one year later I still feel truly blessed. My colleagues are a group of friendly, knowledgeable and competent scientists. I am happy with my new research project and the way things are setting up - and, well, my project was one of the lucky 12% to get funded in my study section for the French equivalent of a junior R01. Also, I expect to get tenure in a couple of months and job stability does wonders for my stress level and general happiness :-)

I had some time off over the holidays. I took two weeks off in May and I did not look at my work e-mail once. I flew to Spain for a long week-end  for a friends' wedding in June. I took another two weeks off in July - and worked every single day, but who's complaining when there's a BBQ and hammock waiting riverside when you're done? Vacation time and the flexibility to work from home whenever convenient, no questions asked, is really a must.

We're finally caught up with family, enjoying a helping hand or two (or three!) to entertain our son during evenings, week-ends, holidays. It's nice to have cousins, brothers and sisters drop by and to know that it won't be another year or so before you see them again. The urgency to tour the country to visit every single relative within a week time is also down.

The Bad.

We have another job situation in the family that is not so awesome. The European rule of "permanently in or out after <4 years" is tough. This is our sore black spot.

The Ugly.

Transportation in the greater Paris area is a nightmare. I guess it is the case in most big cities but seriously? Getting anywhere from our place by public transport takes at least an hour in ideal conditions, i.e. when there is no major strike, bad weather or construction going on. In any case you can expect to be crammed in a tight space with a bunch of tired fellow commuters who also just want to get there already. I can't decide whether driving is better or worse. I still can't get used to the narrow streets lined with bloody flower beds, bumps and other car-unfriendly devices that make it a challenge to have opposing traffic of small sized cars coming through in a two-way street. Then, there are the trucks and utility vehicles of all kinds. And the constant double parking. And the street construction sites that sprout with no warning during summer.  Getting from point A to point B can take anywhere between 30 and 150 minutes - even if there are general rules that apply (of course a particular drive will be longer than ideal at rush hour) the smallest straw will break the Camel's back and spin your timing out of control.

The Blue.

I miss Rumba Cafe, Teaism,  R & R Nails, decent sushi, DC shopping, the odd bacon cheese burger.
More importantly, we miss our friends. The casual BBQ and pool parties just around the corner, the takeout game nights, the pedicure chats, the brunch dates... But hopefully an upcoming trip in a few weeks will help with that. 



Repost 0
Published by A. - dans expat
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:06

I was at the park with my son this week-end, guiding him with slide etiquette and safety (wait for your turn, don't stand at the bottom of the slide where you can get knocked off your feet by kids coming down...) when someone said: "Do I hear an American voice?" - That was a lady from North Carolina, talking to me. Me. The American voice. Talk about being knocked off your feet! 

 

This is especially significant for me on several levels.

a/ I spent my first few years in DC trying really hard to avoid speaking with an Amerian accent. I listened to Clare FM on a daily basis and checked myself every time I opened my mouth. Of course, you can only keep that up for so long, so in the end I just gave in and accepted the fact that if I was going to live in DC, at some point I would have to walk the walk and talk the talk.

b/ in spite of all that, being a non-native speaker, there is no getting entirely rid of your foreign accent. Other non-native speakers may not catch it, but natives usually can tell you're not from here. So, being mistaken for a native is flattering in a way - some kind of recognition that you've achieved true blending, you've succeeded to adapt and fit in! I am especially sensitive about that now that we're back because I want my son - who is an American citizen - to be in touch with American culture, language and values. I am nervous that even after seven years I am still too foreign to pass enough of that on to him. Now, I wonder whether this other Mom is puzzled over the fact that after 10 years in France, a French woman sounded American to her.

 

Anyway, that was an interesting encounter with another multicultural Mom.

 

Repost 0
Published by A. - dans expat
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 09:36

Il faut le voir pour le croire - voici l'encart affiche a la caisse du supermarche local:

P1030534.JPG

 

Estomaquee, j'ai demande des precisions a la caissiere et elle m'a affirme demander une piece d'identite aux gens qui achetent de l'alcool. Je vais donc devoir tester le systeme en allant chercher du cidre demain!

 

Comme a chaque retour, malgre quelques changements etonnants, le contraste est souvent saississant. Cette fois, je note: 

- la foule de motos sur le perif et les routes de la capitale, qui se faufillent entre les voitures, ca a l'air plutot dangereux...

- beaucoup de magasins sont fermes entre midi pour le dejeuner, d'autres n'ouvrent que le matin, ou que l'apres-midi, sont fermes le lundi... Pas evident de jongler avec tout ca pour faire ses courses dans plus d'un endroit a la fois le meme jour!

-il faut une piece pour utiliser l'un des charriots ranges au milieu du parking de Leclerc (plutot qu'a la porte du magasin, comme chez Giant...)

- ou je mets ma timballe en montant dans la voiture? Mnnnnn?

Repost 0
Published by A. - dans expat
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 22:25

Un jour comme aujourd'hui mieux vaut ne pas trop penser a la France ni faire de comparaison des situations: ici vs. la-bas...
Deja, c'est bientot Noel, periode synonyme de vacances. Ha, ha. Comme d'habitude, pas de vacances. Ni de conges. Pas la peine de raler non plus, ca ferait mauvais genre. D'autant plus qu'on a quand meme un jour ferie lundi meme si Noel tombe un dimanche cette annee.
Pour faire passer la pilule, on a quand meme ca (n'oubliez pas d'activer votre vision rayons X pour reperer la quille de Bourgogne cachee dans le "gateau", he, he):

 

elo1

 

Et pour se mettre dans l'esprit de Noel, il est toujours utile de reviser ses classiques:

 

 


...Avec attention car j'ai mis un moment a compendre d'ou venaient les "patridge in a pear tree" et les "three French hens" dans la section Noel de la boutique du Kennedy Center!

 

 

Repost 0
Published by A. - dans expat
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 23:46

Sur la fin de ce séjour en France, l'impression que je retiens de mon pays, au delà de la ré-adaptation culturelle et linguistique toujours nécessaire en pareille circonstance, au delà des délices gastronomiques et des déboires avec les antipathes dans les transports en commun, c'est ca - magnifiquement exprimé par Georges Moustaki:

 

 

Le temps de vivre.

 

Ici, malgré les contraintes professionnelles et les soucis en tout genre, j'ai l'impression que les gens ont le temps de vivre. De passer une heure en pause déjeuner. De passer du temps en famille. De prendre plus de 5 heures pour se marier. De partir en vacances. D'être malade. De bricoler leur maison. D'etre en congé maternité et/ou parental pour s'occuper de leurs enfants. 

 

Ou bien est-ce une recrudescence de mes anticorps développés au long de 5 ans d'absence ressentie de temps de vivre aux US?

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 10:32

Le 31 Janvier dernier, ca faisait exactement 5 ans que j'etais arrivee a Washington: feu d'artifice, gateau, bougies, ballon festif, article commemoratif sur le blog, grand tralala? En fait, non. Rien de tout ca. Pour les bougies j'aurais presque ete trop essouflee pour les eteindre. Parce qu'apres 5 ans sans vacances, (bon 10 jours par an, ca va, hein), du boulot par dessus la tete, l'immobilisme persistant d'etre la "juste pour quelques mois" depuis si longtemps, la sensation grandissante d'etre un extra-terrestre dans un monde bizarre ou ne pas avoir de couverture sante est "une occasion en or d'economiser $400 par mois" (sic), et bien, j'etais au bout du rouleau. 

 

Heureusement, je n'ai pas lache prise face a l'imcomprehension generale, et j'ai pu m'aerer l'esprit a coup de (neige dans le grand nord):

  CNtower_ii11.jpg

de (green tea latte):

secondCup_ii11.jpg

et de (brouillard a la capitale):

ConcordeTuileries.jpg

 

sans oublier (la lamproie  a la bordelaise):

lamproie.jpg

 

Alors, on verra en rentrant a DC la semaine prochaine, mais avec tout ca, il semble que les 2 heures et demies d'attente pendant ma 5ieme session a l'ambassade en 5 ans ont finalement catalyse ma reflexion: enough already!

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 04:05

Je ne vais parler que de ce que je connais, à savoir les visas typiquement accordés à des étrangers venant aux Etats-Unis temporairement, par exemple dans le cadre d'un stage ou d'un post-doc (pour toute info officièle, il y a bien sûr le site du DoS). Les options classiques dans ce cas sont H1b et J1, et l'impétrant a parfois le choix. Voici donc une revue des charactéristiques significatives pour guider le choix. 

- H1b est un visa non-émigrant, mais néanmoins, après avoir eu un H1b le candidat n'est plus eligible pour un J1 dans le futur. En revanche, il a la possibilité de faire une demande de carte verte assez facilement. Les "dépendants" (conjoint et/ou enfants) peuvent obtenir un visa H4 qui ne donne pas droit à un permis de travail.

- J1 est un visa visiteur, avec des avantages au niveau fiscal (exemption d'impôt fédéral pendant 2 ans, voire 5 ans sous certaines conditions, exemption d'impôts locaux dans certains états). En contrepartie, il n'est pas possible de demander de carte verte avec ce statut, et il est fréquent qu'il y ait une clause de retour obligatoire dans le pays d'origine (attention, être hors des Etats-Unis dans un autre pays ne compte pas!) pendant 2 ans à l'issue du visa.
Les "dépendants" peuvent obtenir un visa J2 qui peut donner droit à une autorisation de travail (moyennant demande spécifique une fois sur place, et sans bénéficier des avantages fiscaux du J1). 

 

A noter qu'il est possible d'obtenir une dérrogation à la clause 212(e) du J1 (retour de deux ans dans le pays d'origine)  afin de faire une nouvelle demande de visa (J1, H1b L, carte verte) directement après la fin du J1. Ca demande quand même une petite gymnastique administrative avec le DoS et l'ambassade de France.

 

MAJ: 24 Sept. 2010

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 14:41

Comme pour les restos, voici un genre de liste qui n'a pas trop varié depuis que je suis ici:

 

10 trucs que j'aime bien aux Etats-Unis...
1/ les gens parlent anglais
2/ les fêtes saisonnières sont marquées: j'adore creuser une citrouille pour Halloween et cuire un dindon pour Thanksgiving!
3/ les sacs pour chien au resto: emmener les restes à la maison, trop pratique!
4/ récupérer du liquide en payant par carte au supermarché
5/ les reprises/échanges en magasin, sans discuter
6/ une certaine efficacité dans les services et administrations (hum, sauf peut-etre au DMV...)
7/ les diners avec juke-box

... et à Washington:
8/ la diversité linguistique et culturelle (les musées gratuits!!)
9/ les sacs recyclables au supermarché: on paye si on les oublie, on reçoit des sous si on pense à les apporter
10/ les piscines et bibliothèques municipales - gratuites aussi, rien que pour ca, je signerai mon cheque d'impots locaux avec le sourire

5 trucs qui que je n'aime vraiment pas aux Etats-Unis...
1/ le systeme de santé: pas normal quand on est malade de ne pas savoir si a/ on pourra voir un médecin et b/ on aura encore un toit sur la tête à la sortie
2/ l'absence de vacances (et de congés maladie): 10 jours par an, c'est vraiment trop peu
3/ le système éducatif: les frais d'inscriptions à l'université sont vraiments trop élevés!
4/ le rapport à l'alcool: démoniser le pinard et fliquer les moins de 60 ans dans les restos et les magasins est une source d'agacement quotidienne
5/ les différences de temperature intérieur/extérieur en hiver et en été: utilisation très excessive du chauffage et surtout de la clim!

 

Au final, les trucs que j'aime, même s'il y en a dix, font quand même pâle figure face aux trucs que j'aime pas qui pour la plupart (1-3 au moins) sont vraiment fondamentaux. Mais qu'allai-je faire dans cette galère? Déjà, il y a aussi un petit truc fondammental dans ce que j'aime, c'est le combo 1-8. Et le fond de l'affaire, c'est que pour l'instant, sur le plan professionnel et personnel, c'est ici que ça se passe, mieux que nulle part ailleurs...

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 03:45

Comme me le rapelle l'excellent InK, il y a quelque chose de tout à fait particulier à habiter à l'étranger, dans une capitale: la raoût annuel de l'ambassadeur le 14 Juillet. A défaut de feu d'artifice, tous les citoyens français présents, qu'ils soient de passage ou résidents, peuvent assister à cette réception le jour de la fête nationale. En ces temps de restriction bugétaire, on est presque étonné que les festivités aient encore lieu - vous excuserez donc l'absence de photos, mon appareil étant encore en train de hoqueter de surprise. Pour limiter, euuh, estimer un peu le nombre de participants, cette année les rumeurs ont circulé comme à l'habitude qu'il n'était pas permis de se présenter avec un invité non français, avec la nouveauté interessante de l'inscription en ligne réputée obligatoire pour obtenir le sésame à présenter à la porte. La propagande a tellement bien marché que les rares non inscrits sont rentrés à la vitesse de l'éclair (avec leurs invités non français) pendant que les inscrits faisaient gentiment la queue dans leur file "spéciale". Tss, tss. 

 

Pour ma 5ème édition du raoût, les effets de la crise s'observent tout de même au delà du portail: pas d'animation (on avait eu des 2CVs et autres carioles tricolores, et des personnages historiques en tableau vivant les autrees années...) ni de petits fours, mais l'essentiel était au rendez-vous: discours de l'ambassadeur, champagne, pâté de campagne, fromages fermiers et cannelés, un régal! Sans oublier la compagnie prête à chanter Nuit de Folie à tue-tête et à danser sur les tables... Bref, une fête inoubliable!

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 04:58

Demain, je dois aller à une réunion au boulot qui va commencer par... nous présenter, une collègue et moi, devant une assemblée d'une cinquantaine de personnes. Donc, devant tous ces braves gens, je vais être sur un beau podium, et leur annoncer: "Bonjour, je m'appelle Aisling! Et voici ma collègue, Stéphanie". Facile, hein? Sauf que bon. Vous prononcez comment, vous, "Aisling"? Comme il faut, [Acheli-ine] ou en franchouillard, [Esselingue]?

 

Dans le premier cas de figure, c'est bête, mais c'est pas évident à prononcer, même pour moi, parce qu'il faut jongler entre deux langues, deux prononciations dans la même phrase. Et je sais d'avance que les gens vont tous se jetter sur leur café pour calmer le mal de tête qui pointe. Ils ne se rapelleront jamais de mon nom, et ils vont s'embrouiller s'ils doivent me parler. Non pas que j'envisage de leur faire causette à longueur de journée, mais ce sera, "oui, Bidule, avec le nom infernal - tu sais, la collègue de Stéphanie..." 

 

Et dans le deuxième cas, je me sentirai vraiment nouille de prononcer mon nom n'importe comment! Même si ça donne moins mal à la tête à l'assemblée, faut pas rêver, ils ne s'en rapelleront pas plus. Ce sera juste, "Bidule, tu sais, la collègue de Stéphanie..."

 

Alors des fois je me dis, mince, pourquoi j'ai pas un nom tout simple, comme Stéphanie, ou Marie? Même si j'ai halluciné la première fois qu'un type m'a demandé s'il pouvait pas m'appeler "Julie" pour faire plus simple, je commence à comprendre pourquoi beaucoup d'asiatiques adoptent un prénom à l'américaine quand ils viennent ici. Expliquer pour la 25 millième fois comment prononcer son nom, se l'entendre écorcher tous les jours, et recommencer le lendemain, c'est pénible à la longue.

 

Heureusement, j'ai une explication phonétique peaufinée depuis plus de dix ans, et je suis encore loin de pouvoir lacher mon identité. Il faut juste que je m'entraîne un peu: "Bonjour, je m'appelle [Acheli-ine]!"

Repost 0
Published by Aisling - dans expat
commenter cet article